Accueil Culture Livres

«Personne ne quitte son pays s’il n’y est pas obligé!»

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

Vous avez fui l’Iran à 11 ans. Le déracinement, vous connaissez. Vous vous sentez proche de tous ces réfugiés qui frappent aux portes de l’Europe aujourd’hui ?

Pas exactement. Nous étions des intellectuels, on ne fuyait pas vraiment la même chose que les migrants en mer Méditerranée que l’on voit aujourd’hui. Néanmoins, une chose nous rassemble : on ne fuit pas un pays si on n’est pas obligé ! On peut faire tout ce que l’on veut, fermer les portes de l’Europe, mais personne ne part de chez soi s’il n’est pas obligé de partir, pour une raison ou une autre. C’est le point commun entre moi, fille d’intellectuels, et l’Africain qui part pour des raisons climatiques. Les Européens doivent intégrer cette dimension. Personne ne part parce qu’il y a des allocations familiales en France ou en Belgique !

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs