Accueil Belgique Politique

Publifin: il faut généraliser l’exigence de qualité et de transparence

Décriés, les administrateurs d’intercommunales subissent l’amalgame. L’implication d’une large part d’entre eux est pourtant réelle. Mais l’heure est à la transparence.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 2 min

Le scandale a ceci d’injuste qu’il éclabousse le malpropre et le probe. Ainsi en va-t-il de Publifin qui, avec les révélations sur les rémunérations des membres des comités de secteur, a jeté le discrédit sur les intercommunales, leurs administrateurs et les partis (traditionnels).

Les intercommunales, d’abord.

A moins de concéder certaines activités au secteur privé, choix politique et idéologique, rien n’indique que les communes wallonnes et bruxelloises puissent se passer des intercommunales. Poser ceci, ce n’est pas pour autant plaider le statu quo. Car le modèle, lui, est à réformer. L’intercommunale s’apparente à un lieu où la décision, technique, a été en partie retirée aux mandataires élus par la population. Ce n’est pas anormal. Mais cela doit s’effectuer en toute transparence, ce qui est loin d’être le cas.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs