Accueil Sports Football Football belge

Les Diables n’arrivent toujours pas à démonter les organisations sans failles

Le partage face à la Grèce (1-1) ressemblait aux nombreux matches sans rythme et sans idées de la précédente campagne de qualification. Un accident de parcours ou un avertissement ?

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Rien ne laissait présager cette attitude et contre-performance face à la Grèce, tant la Belgique volait sur l’eau depuis le début des éliminatoires. C’était sans doute oublier un peu vite la valeur des adversaires écrasés et les problèmes récurrents de cette génération. En partageant 1-1 à domicile, on a vu ressurgir les vieux démons du passé.

1) Incapacité à créer des brèches dans des forteresses défensives

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Weissenberg André, jeudi 6 avril 2017, 11:44

    Malheureusement, dans le cas belge, ce n'est pas "un jour sans". C'est de la récidive pure et simple. Il faudrait peut-être commencer par se donner les moyens de percer ces organisations sans faille! Garder un RL devant, alors qu'il a besoin, de son propre aveu, de 40 mètres de libre, c'est, à coup sûr, se prendre les pieds dans le tapis. Puisque nous possédons 5 attaquants de pointe, pourquoi donc persister à n'en aligner qu'un seul, et toujours le même, dont on connaît les faiblesses? Un Benteke est beaucoup plus complet et plus mobile. Un Batshuayi est imprévisible, et un Origi est une page blanche, un joueur encore largement inconnu des défenses adverses.

  • Posté par Delvaux Joelle, lundi 27 mars 2017, 12:48

    Trop d'enjeu tue le jeu. Les grecs étaient venu pour le match nul. Mission accomplie. Quant à la performance des belges, elle sera jugée à la fin des matchs de qualif. Cela arrive à toutes les grandes équipes d'avoir des jours sans. cfr Pays bas, Espagne, Angleterre, France, Brésil, Allemagne, Italie, Argentine,….

Aussi en Football belge

Entretien Will Still: «Je n’en veux à personne au Standard»

Trois mois et demi après avoir quitté le Standard pour revenir à Reims, Will Still s’est épanché sur son aventure en bord de Meuse. L’ancien T2 de Luka Elsner n’a aucun remords vis-à-vis du club liégeois. À bientôt 30 ans (la semaine prochaine), il nourrit juste l’envie de continuer à apprendre avant de « sauter le pas ».

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs