Accueil Économie

Les banques européennes réalisent un quart de leurs bénéfices dans des paradis fiscaux

Une étude d’Oxfam et de Fair Finance Guide passe au crible les déclarations des vingt plus grandes banques européennes

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 4 min

Les révélations successives du Luxleaks, Swissleaks, Panama Papers ont mis au grand jour les stratégies agressives de bon nombre de multinationales pour éluder l’impôt et la complicité dont elles bénéficient de la part de juridictions fiscales bienveillantes situées sous les tropiques mais aussi au cœur même de l’Europe.

L’ONG Oxfam et l’initiative Fair Finance Guide reviennent à la charge avec une nouvelle étude baptisée « Banques en exil » qui montre à quel point les grandes banques européennes usent et abusent des paradis fiscaux pour payer moins d’impôts. Elles n’ont pas eu besoin de bénéficier d’une fuite pour réaliser ce travail. Pour la première fois, elles ont pu s’appuyer sur des chiffres officiels. Depuis 2013, les banques sont contraintes de publier les bénéfices et les impôts payés dans chaque pays d’implantation, y compris les paradis fiscaux.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Petitjean Charles, lundi 27 mars 2017, 11:22

    Cela fait des années que "tout le monde", y compris les responsables politiques, sait que les grandes banques fricotent dans les paradis fiscaux. La collusion ici est flagrante entre nos élus et la finance internationale. C'est elle qui dirige le monde dans l'impunité générale en privant les citoyens de la transparence et des revenus qu'elle devrait verser à la collectivité. Le grand cirque, dans lequel nos ministres belges et européens jouent, ne mérite qu'une chose : la révolte des peuples qui commencent à en avoir marre des magouilles, des conflits d'intérêts, du blanchiment d'argent sale et ... ,pour les populations, de la pauvreté organisée. Et quand le PTB, par exemple chez nous, semble en montrer le chemin, les médias dans leur ensemble n'hésitent pas à décribiliser le mouvement en jouant les grandes orgues du stalinisme; du maoïsme, du marxisme, du communisme, tous mots historiquement et populairement injurieux. Rira bien qui rira le dernier.

  • Posté par Lavenne Eric, lundi 27 mars 2017, 11:18

    Noooon ?? Selon vous : c'est connu ou connu et logique ou une réponse autre ???

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs