Accueil Belgique Politique

Un nouveau porte-parole au PTB: « Notre succès n’est pas un effet de mode»

Germain Mugemangango prend le relais de Raoul Hedebouw en tant que porte-parole du parti.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 1 min

Germain Mugemangango, l’actuel président du PTB dans le Hainaut devient le nouveau porte-parole francophone du parti. «  Le succès du PTB, ce n’est pas un effet de mode, un phénomène sondagier. C’est un besoin d’espoir  », a-t-il déclaré en conférence de presse.

En forte hausse dans les intentions de vote, le PTB tient ce mardi une conférence de presse sur les résultats des récents sondages. Selon les chiffres Dedicated, le sud du pays se tient dans un mouchoir de poche. Le MR est en tête, suivi du PTB. Le PS se trouve ensuite en troisième position, fortement éprouvé par l’affaire Publifin.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Denis Jean-pierre , mardi 28 mars 2017, 19:51

    cela fait depuis Reagan Thatcher que l'on sait que l'on va dans le mur en prônant le libéralisme à outrance. On a vu ce que ça a donné en 2007/8!!! et on a gardé les mêmes au pouvoir!!! "Never change a winning team" mais en politique "Never change a loosing team" et les perdants sont...parce que il y a quand même quelques milliardaires de plus depuis ces années-là...et 20 à 25% qui se passent de soins de santé!!! Mais tout ceci n'est que populisme!!!

  • Posté par Mathieu Colmant, mardi 28 mars 2017, 21:52

    Demandez au PTB comment ils financent leurs mesures... L'état ne peut pas faire tourner la planche à billet, quel que soit la monnaie !

  • Posté par CARION JEAN, mardi 28 mars 2017, 15:12

    Le problème est d'un tout autre ordre; à l'instar de l'extrême droite, l'extrême gauche surfe avec la vague populiste, eh bien oui c'est une mode, mais la mémoire d'un passé (désastreux et emprunt de dérives) semble effacée par le chant de sirènes rétrogrades et isolationnistes. Bref l'une des conséquence du naufrage d'un PS qui s'est cru intouchable depuis plus de 25 ans et qui s'est accroché au radeau de la corruption.

  • Posté par Snyders Christophe, mardi 28 mars 2017, 14:50

    plus de la justice sociale peut-être...

  • Posté par Mathieu Colmant, mardi 28 mars 2017, 14:49

    Après avoir changé les têtes, vont-ils penser à avoir des idées applicables sur le terrain ? Parce que pour l'instant, à part faire fermer les entreprises (après reprise, nationalisation, suppression des actionnaires et autres), je n'ai pas entendu grand chose...

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs