Accueil Économie

Il faut coordonner le redéploiement post-Caterpillar

Deux nouveaux outils sont prévus pour faire atterrir le dispositif de relance économique lancé par la Région wallonne afin d’assurer une nécessaire cohérence, une économie d’échelle et d’énergie humaine.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Vendredi, le gouvernement wallon détaillera son plan de relance économique pour l’après Caterpillar. Après avoir annoncé sa main mise sur les éléments fonciers (la Région a obtenu le site de Caterpillar pour un euro symbolique), le plan CatCh (Catalyseur pour Charleroi) répartis sur 15 chantiers et une cinquantaine de projets vise à créer 6.000 à 8.000 emplois en dix ans mais avec des premiers effets dès 3 ou 4 ans (Le Soir du 6 février). Encore faut-il le mener à bien. La multiplication des acteurs, publics et privés, la variété des bonnes volontés et des subsides ainsi que des opérateurs réclament une certaine coordination, voire un contrôle certain. Une gouvernance.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Économie

Peut-on prolonger (davantage) le nucléaire en Belgique? Notre grand fact-checking

Les réacteurs belges sont confrontés à divers pépins (défauts d’hydrogène, résistance insuffisante à un séisme ou un crash d’avion) qui rendent boiteuse l’hypothèse d’une prolongation générale. Techniquement, la seule option qui tient la route si l’on décide de garder le nucléaire plus longtemps, c’est de prolonger de 20 ans et non de 10, Doel 4 et Tihange 3.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs