Accueil Monde Union européenne

Theresa May sur le Brexit: «Il n’y aura pas de retour en arrière»

« Vous nous manquez déjà », a commenté le président du Conseil européen Donald Tusk en recevant la lettre de divorce.

Article réservé aux abonnés

Invalid Scald ID.

Temps de lecture: 3 min

Le Royaume-Uni a officiellement lancé mercredi la procédure historique de sortie de l’Union européenne, neuf mois après un référendum. La lettre de divorce, signée mardi soir par la Première ministre conservatrice Theresa May, a été transmise au président du Conseil européen Donald Tusk par l’ambassadeur britannique à Bruxelles Tim Barrow, déclenchant formellement la procédure de sortie de l’UE.

«  Il n’y a aucune raison de faire comme si c’était une journée heureuse, ni à Bruxelles ni à Londres  », a commenté M. Tusk. Il a aussitôt tweeté la photo immortalisant cet instant qui entrera dans l’histoire et bouleversera le destin du Royaume-Uni, premier pays à rompre les amarres avec l’Union, après 44 ans de mariage contrarié. «  Vous nous manquez déjà  », a-t-il ajouté à l’adresse du Royaume-Uni.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Claudy Gilles, mercredi 29 mars 2017, 15:48

    On sent que chez Nigel Farage, ça va plus loin que le Brexit. Il sera encore plus heureux si l'UE éclate. Ca en dit beaucoup sur ce triste personnage, qui s'est retiré plutôt que d'aider son pays dans cette transformation.

  • Posté par Roosemont Charles, mercredi 29 mars 2017, 14:44

    Bonne nouvelle..."Ils" ne comptent pas revenir!Au moins , nous qui avons un "charisme de serpillière" n'empêcherons plus cette grande" nation"de nous supporter. Une "nation unie" composée de "petits états croupions" comme l'Ecosse, l'Irlande ou encore le Pays de Galles . Des sous-hommes aussi quoi, comme nous !!!!

Aussi en Union Européenne

Grèce: sur la question migratoire, le pays est sous pression européenne

La Grèce, pays de première entrée dans l’UE, a-t-elle mis les valeurs européennes de côté ? C’est la question qui est posée aux regards des révélations récentes sur les « pushbacks », les échanges de courrier à l’échelle de Bruxelles, ou encore l’audition du ministre grec des Migrations.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs