Accueil Culture Musiques

Pour Ozark Henry, l’enfer, c’est nous et les autres

Piet Goddaer nous a reçus dans son tout nouveau studio, à Wulpen, près d’Oostduinkerke où il vit, pour parlerdu nouvel album d’Ozark Henry, de 3D et d’« immersive sound »

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 5 min

La E40 n’est pas loin mais en longeant le canal qui ne s’est pas pendu car le ciel n’est pas si gris, on se trouve vite en pleine campagne par un temps radieux. La mer est à moins de trois kilomètres, là à Oostduinkerke où vit en famille Piet Goddaer. Mais, pour travailler, il a trouvé ce coin perdu, à Wulpen, entre vieilles fermes et champs paisibles. La maison qu’il doit encore rénover servira de gîte pour les musiciens. C’est dans l’étable qu’il a aménagée où tout se passe. C’est là qu’il a construit son nouveau studio et où il nous accueille, pieds nus. Toujours en noir, toujours Ann Demeulemeester…

Une seule grande pièce illuminée par la lumière naturelle (les murs ont disparu) accueille le piano Bösendorfer à queue, le vélo d’appartement vintage, le salon et surtout le cœur de la bête : la table de mixage, les nombreux synthés et pas moins de seize enceintes placées en cercle autour de son espace de travail, en hauteur, près du sol et au niveau des oreilles.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs