Accueil Société

En Picardie, on cultive la liberté retrouvée

Des maisons de transition pour détenus en fin de peine verront bientôt le jour chez nous. En France, l’expérience de Moyembrie est concluante

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 5 min

Dans les cageots en bois alignés dans l’obscure annexe de l’exploitation agricole, les radis noirs en surpopulation jouent des coudes avec les betteraves et les carottes gros calibre. Comme chaque matin, c’est Philippe, un colosse de 47 ans qui garnit les paniers bio et de saison qui seront livrés aux clients de la ferme. Un geste qu’il répète quotidiennement depuis son arrivée à Moyembrie en août dernier.

Et pour une dizaine de jours encore « Ca y est. J’ai trouvé du boulot à Dunkerque. Chez Auchan  », lance ce père de quatre marmots en enfouissant ses mains robustes dans les légumes terreux. Un boulot et aussi un logement, qu’il partagera avec sa nouvelle compagne rencontrée sur le Net. «  Dans ma tête, je suis déjà parti  », sourit timidement celui qui vient de passer les quatre dernières années en prison.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs