Accueil Sciences et santé

«Cervelle d’oiseau», une expression amplement méritée

Des scientifiques viennent de prouver que les oiseaux qui se font écraser ont un cerveau moins gros que leurs congénères.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 2 min

Quelle est la différence entre un oiseau qui vole et un oiseau qui a été heurté par une voiture ? »

– (Réponse du fond de la classe) « Le premier est vivant, le second est en morceaux ».

–  « Juste. Mais encore ? »

– (Silence dans les rangs, on entend une mésange voler).

La réponse vient d’être donnée par des scientifiques qui ne se contentent pas d’évidence, fussent-elles irréfragables. Les oiseaux qui ont été mis en capilotade ont un plus petit cerveau que la moyenne. Les résultats d’examens sur les cadavres de plus de 3.500 oiseaux trucidés sur des routes viennent d’être publiés dans la revue Royal Society Open Science.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Sciences et santé

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs