Accueil Opinions Éditos

Publifin: M. Marcourt, il fallait broncher plus tôt

Jean-Claude Marcourt assume. Oui, il a été le relais de Stéphane Moreau au sein du gouvernement. Oui, il a été séduit par l’idée que Resa puisse lever du cash. Oui, il est à l’origine de la modification du décret. Et cette confession a suffi pour qu’il sorte de son audition sans le moindre coup.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Enquêtes Temps de lecture: 2 min

Jean-Claude Marcourt est le seul socialiste liégeois du « club des 5 » à être passé entre les gouttes de l’affaire Publifin. Restait une étape à risque pour le ministre wallon : son audition en commission d’enquête. Surtout qu’en matinée, l’ex-ministre de l’Energie Jean-Marc Nollet avait clairement chargé la barque Marcourt. Ligne du temps à l’appui, l’Ecolo a détaillé comment le socialiste a manœuvré, entre 2012 et 2014, pour que l’on modifie un décret wallon comme Publifin le souhaitait. Ou plutôt comme Stéphane Moreau le souhaitait. En bref, il fallait modifier ce décret pour que l’intercommunale puisse transférer ses bijoux de famille – les réseaux gaz/électricité – vers une filiale privée, Resa.

Pourquoi ce montage ? Pour permettre au groupe liégeois de lever de l’argent frais auprès des banques. « Pour mieux investir dans le réseau électrique  », jurait-on à l’époque.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Weissenberg André, vendredi 31 mars 2017, 13:41

    Il est tout à fait clair dès maintenant qu'il faut démanteler rapidement et complètement toute cette structure. La disparition complète du secteur de la gestion de l'énergie (logé dans RESA) dans les tréfonds d'une structure opaque est inadmissible et intolérable dès lors qu'il s'agit de la manipulation d'argent public - et, très directement, de la facture du consommateur! Et ce d'autant plus, que des fonds très importants - qui n'ont pu être levés qu'au prétexte d'assurer des besoins en investissements dans le secteur de l'énergie - ont été détournés, ce qui n'a été rendu possible que par l'escamotage de la supervision communale par le transfert de RESA dans une entité privée. L'accessoire suivant le principal, il faut donc bien considérer qu'on a pas affaire ici à une structure utile en quoi que ce soit au développement économique, mais bien strictement au montage d'une structure écran sans finalité économique propre majeure - sinon comme alibi - opéré à la seule fin de permettre le détournement en question et destiné à servir de justification bidon à ce dernier. Dans tous les cas de figure, il faut donc supprimer cette construction inutile, que ce soit pour rendre le contrôle du secteur de l'énergie aux communes, ou pour extraire de ses méandres une société privée chargée de la gestion de l'énergie - véritablement privée, càd non inféodée à la "tutelle" du monde politique liégeois.

  • Posté par stals jean, vendredi 31 mars 2017, 11:32

    Circulez ya rien à voir...Voilà comment on pourrait résumer la saga Publifin comme tant d'autres affaires de gros sous sous d'ailleurs. Le Soir a beau titrer; "tant que nous n'aurons pas toutes les réponses", il est plus que probable que rien n'y fera, rien ni personne. Pourquoi? PARCE QUE TOUT LE MONDE S'EN FOUT COMME DE L'AN QUARANTE QUE STEPHANE MOREAU (inconnu au bataillon par 99,999 % des citoyens ceux ou pas ceux qui doivent se débattre dans la vie de tous les jours avec les emmerdes qui les assaillent sans désemparer) GAGNE 1 VOIR 2 MILLIONS D'EUROS PAR ANNEE...De plus, les citoyens de la planète terre sont comme cela n'a jamais été le cas dans l'Histoire de l'humanité, bombardés d'infos, 24h heures sur 24, comme d'autres citoyens moins chanceux sont bombardés eux et 24 heures sur 24 également mais par de vrais bombes, des bombes qui tuent en vrai les enfants, comme ici ont tue des mouches qui se baladent autour de la poubelle de la cuisine...Un presqu' analphabète du monde des mafias de la baballe qui sait se servir de ses pieds et un peu de sa tête, peu bien palper par mois ce que les ténors de chez publiFin palpent par an...Sans compter que le milliard ou deux de ces religieux d'un nouveau genre qui hantent les nouvelles cathédrales en forme de stades de foot voudraient tous rouler dans la Lamborghini ou la Ferrari de leurs idoles...Pour la dictature de l'actionnariat mondialisée, l'affaire est emballée, quelques 7 milliards de moutons, à l'instar de ceux de Monsieur Panurge, sont comme jamais sous contrôle total...Panem et circences...c'était en son temps une formule bien trouvée et déjà si résolument moderne ô combien...Pour le pain, y en a qui attendront encore un peu, c'est un autre détail de l'Histoire, mais pour ce qui est des jeux du cirque, même les indiens de l'Amazonie profonde qui ont internet avec leurs smartphones sont eux aussi sous contrôle, total, absolu définitif...Tous les André Gilles du monde, qu'ils soient de Binche ou pas de Binche, peuvent bien faire la sieste tranquilos au bord de la piscine...D'ailleurs c'est bien simple, je mets ma tête à couper que dieu, celui que certains et certaines vénèrent encore dans les vrais cathédrales dans les vrais mosquées, s'il existait, placerait lui aussi son argent chez Publifin-Nethys-Fluxis-Electrabel-Suez-et peut-être même bien à la FN de Liège ou la Total... Chez Bayer-Monsanto... Frère Albert, et frère Etienne l'éternel homme à la pipe, à la vrai pipe, comme celle de Francorchamps, à propos de la nébuleuse Publifin provisoirement dans la tourmente, doivent bien se marrer comme des bossus... Dans les steppes de l'Asie Centrale, les chiens aboient et la caravane passe... Borodine, tu connais?...

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs