Accueil Société

Les imams turcs, espions politiques d’Ankara

La Turquie a bien utilisé ses imams, mosquées et « conseillers aux affaires religieuses » basés dans les ambassades et consulats turcs pour surveiller les partisans gülenistes installés en Europe de l’Ouest. Et ailleurs.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 6 min

Cette surveillance clandestine entamée fin septembre a touché 38 pays dont une bonne moitié des pays de l’Union européenne. Le conseiller religieux de l’ambassade turque de Bruxelles a produit le rapport le plus étoffé de tous. L’ensemble de ces rapports et les documents qui les accompagnent sont parvenus au Soir via le réseau de journalistes European Investigative Collaborations (EIC). Dans certains pays, ces rapports dépassent la simple collecte d’informations en sources ouvertes – déjà assimilable à de l’espionnage et à une « ingérence » que la Belgique ne tolère généralement pas – pour rendre compte de purges de mosquées, d’écoles et de missions diplomatiques, et faire état de la mise en place d’actions concrètes contre l’opposition güleniste.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par De Kuyssche Walter, samedi 1 avril 2017, 13:47

    Seuls nous intéressent les vrais pays amis Les imams, mosquées et « conseillers aux affaires religieuses » basés dans les ambassades et consulats turcs pour surveiller et espionner ce qui se passe dans notre pays sont une trahison de notre tolérance Au nom de la loi du peuple belge Dehors !

  • Posté par dams jean-marie, vendredi 31 mars 2017, 19:19

    Que de la richesse ..... avaient dit les traîtres qui nous gouvernent ...... Cela fait 59 ans que la Belgique Joyeuse a disparue !

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs