Accueil Opinions Éditos

Appel à l’éthique parlementaire

Le flou artistique permet les dérives, les abus. Des règles claires s’imposent.

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe du service Politique Temps de lecture: 2 min

En France, en Belgique, le monde politique est secoué par les scandales. On découvre des mandataires aux rémunérations indécentes, des administrateurs (très) peu productifs, des dérives érigées en système.

Chez nos voisins, les parlementaires sont épinglés aussi : des élus font (grassement) rémunérer des proches ou complètent leurs émoluments en puisant dans l’enveloppe salariale des collaborateurs parlementaires.

Et chez nous ? Nous avons mené l’enquête au cœur des assemblées, fédérale, régionale, communautaire. Auprès d’une vingtaine de témoins, la plupart collaborateurs parlementaires ou conseillers politiques, ou l’ayant été.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Plahiers Michèle, mercredi 3 mai 2017, 10:56

    Frédéric II avait réussi à imposer une éthique directement inspirée de la Divine providence. Prix à payer: chasse aux hérétiques et blasphémateurs comme Charlie Hebdo. Mais le résultat était là: deux siècles de paix.

  • Posté par Monsieur Alain, samedi 1 avril 2017, 9:27

    Un attaché parlementaire qui travaille pour le parti de son député travaille bien à l'exercice du pouvoir législatif au sens large et à la promotion de l'exercice démocratique. Il ne faudrait tout de même pas que l'activité politique, tellement essentielle, soit réservée aux seuls bénévoles. Quant au baby-sitting c'est évidemment autre chose .....

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs