Accueil Société

Les Porsche de la gendarmerie, souvenirs de la Belgique dorée de papa

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 2 min

Elles sont restées gravées dans la mémoire collective de Belges de plus de 40 ans : les Porsche de la gendarmerie (disparue en 1998 avec la réforme des polices) ont commencé leur carrière sur l’asphalte national en 1973. Au nombre de vingt, ces pionnières de la police autoroutière étaient plus précisément des coupés 911 EL, dont un exemplaire trône aujourd’hui au Musée de la police à Etterbeek.

« Hormis la sirène bitonale, le gyrophare et la bande rouge orangée s’étalant du capot jusqu’au toit, elles étaient en tout point identique à celle que Monsieur et Madame Tout-le-monde pouvaient s’acheter », relate Christian Toumpsin, bénévole au Musée. Enfin, plutôt le « beau monde », vu les tarifs de la marque allemande et la consommation de ses bolides équipés d’un moteur 6 cyclindes de 2.341 cm³, développant 190 ch, passant de 0 à 100 km/h en 7,4 s et atteignant une vitesse de pointe de 220 km/h.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs