Accueil Culture

Irmin Schmidt: «Nous n’étions pas des hippies!»

Le très influent groupe rock allemand Can remonte une dernière fois sur scène (ou presque) avec un projet intitulé The Can Project

Article réservé aux abonnés
Journaliste aux services Culture et Médias Temps de lecture: 4 min

Irmin Schmidt, fondateur et survivant de Can, ressuscite son groupe pour une soirée spéciale au Barbican Center de Londres le 8 avril. Au programme, une œuvre contemporaine intitulée « Can Dialog » qui mélangera musique savante et citations de titres de Can, un ballet et une performance rock avant-gardiste menée de front avec le fan Thurston Moore de Sonic Youth et le premier chanteur du groupe Malcolm Mooney. Il est revenu pour nous sur la genèse du groupe rock le plus influent de ces quarante dernières années depuis sa résidence dans le sud de la France, l’esprit toujours aiguisé du haut de ses 80 ans.

Vous avez étudié avec Karlheinz Stockhausen au début des années 60. Qu’avez-vous appris avec lui ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs