Accueil Monde

Syrie: les États-Unis tapent du poing

Après le massacre à Khan Cheikhoune (au moins 86 morts), le régime syrien est pointé du doigt. Comme en 2013 après le massacre similaire de Ghouta (1.300 morts).

Article réservé aux abonnés
Correspondant aux Etats-Unis Temps de lecture: 4 min

NEW YORK

« A ssad doit partir ». Le premier à se présenter devant les caméras, ce mercredi matin au Conseil de sécurité des Nations unies, est l’ambassadeur britannique Matthew Rycroft. Visage fermé, masquant difficilement un écœurement total, le représentant de Londres rappelle l’évidence. 86 personnes, bilan provisoire, dont 30 enfants, ont été tuées mardi lors d’un bombardement aérien au gaz sarin dans la localité syrienne de Khan Cheikhoune, entre Idlib et Hama (ouest), et 400 autres grièvement atteintes. Le régime alaouite de Bachar el Assad est pointé du doigt, comme en 2013 après le massacre similaire de Ghouta (1.300 morts).

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Vigneron Gérard, jeudi 6 avril 2017, 12:28

    Seule faute pr moi d' Obama est de n' avoir pas frappé en Syrie en 2013 quand Assad a franchi la premier fois la ligne dite ROUGE. Les français étaient partant!

  • Posté par Van Steen Willy, jeudi 6 avril 2017, 9:11

    C'est triste à dire, mais Poutine ne lâchera pas Assad! C'est le seul pion qui lui permet de garder sa base navale en Méditerranée! Peu lui importe les morts et les responsabilités, pour lui, cette base navale est d'ordre stratégique, il ne pliera pas!

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs