Accueil La Une Monde

«Désormais, il y a quelqu’un en face de Bachar el-Assad»

Pour Agnès Levallois, spécialiste française du Proche-Orient et enseignante à Science Po Paris, les frappes américaines sont un coup de semonce : l’immunité totale dont jouissait le régime syrien, c’est terminé !

Article réservé aux abonnés
Chef du service Forum Temps de lecture: 4 min

Les frappes américaines contre une base de l’armée de Bachar el-Assad, en réaction à l’attaque chimique sur Khan Cheikhoun imputée au régime de Damas constituent-elles un tournant dans le conflit syrien ? Nous avons interrogé Agnès Levallois, spécialiste française du Proche-Orient et maître de conférences à Science Po.

Comment interprétez-vous la décision du président Trump de frapper le régime de Bachar el-Assad ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs