Accueil Sports Cyclisme Route

Sagan, l’épouvantail désabusé

Peter Sagan a certes traversé le printemps en y tenant les premiers rôles mais jamais il n’a su concrétiser son exceptionnelle condition en maestria. En Enfer, deux crevaisons ont annihilé ses ambitions. Bilan ? Pas grand-chose, en fait, tant, de Sanremo à Roubaix, le double champion du monde n’a pas trouvé la victoire. Son seul et unique objectif.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Il a bouclé en roue libre, l’œil hagard, l’esprit vagabondant déjà loin de ces satanées trouées du Nord, de cet enfer au sens premier du terme. Comme lassé par ce karma sans pitié qui a annihilé cette condition qui, dans la grande théorie, devait pourtant lui permettre d’accrocher le pavé du succès. D’ailleurs, Peter Sagan ne s’est même pas effondré sur le vélodrome une fois la ligne coupée, poursuivant son coup de pédales nonchalant jusqu’au bus de sa formation pour y laver désespoir et poussière. «  Deux fois je pars à l’offensive, je suis devant, je fais la course, deux fois je crève… Les poursuites pour recoller m’ont coûté énormément d’énergie. Trop  », glisse-t-il, impassible, au sortir d’une douche interminable qui a nettoyé les poussiéreuses apparences, pas l’âpreté du bilan général. « 

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Route

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs