Accueil Culture

Le crowdfunding au chevet de nos musées

Les musées des sciences naturelles, des beaux-arts ou le Cinquantenaire font aujourd’hui appel au financement participatif. Le citoyen met la main au portefeuille… au détriment de l’Etat ?

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Restaurer un Gauguin ? Reconstituer un fossile authentique de dinosaure ? Doter une exposition de tablettes interactives ? Voilà quelques exemples de financements participatifs, ou crowdfunding, testés depuis peu par des musées fédéraux. Avec un certain succès, semble-t-il.

25.000 euros ont rapidement été trouvés par l’Institut royal des sciences naturelles pour le platéosaure Ben, fossile exceptionnel, qui vient du musée suisse de Frick. Quatre cents donateurs ont participé. «  Nous avons un financement public qui couvre uniquement les besoins de base, commente Camille Pisani, directrice du musée. Du coup, les projets originaux doivent chercher leurs propres financements. Le crowdfunding, qui fonctionne à partir de petits dons, s’ajoute à la palette des possibilités. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs