Accueil Culture Cinéma Les sorties cinéma

C’est beau la vie quand on y pense ne vole pas très haut

De Gérard Jugnot, avec Gérard Jugnot, François Deblock, Isabelle Mergault, 93 mn.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 2 min

Pour sa onzième réalisation, l’ancien pensionnaire du théâtre du Splendid s’attaque à un sujet sensible, la transplantation. Loïc (Gérard Jugnot, donc) n’a pas été le père qu’il aurait voulu être et c’est rongé par les remords et au fond du trou qu’il vit le deuil de son fils, victime d’un accident de la route. C’est lorsqu’il apprend que le cœur de sa progéniture bat dans la poitrine d’un autre jeune homme qu’il reprend du poil de la bête et part à la recherche de l’individu. C’est Hugo, qui croque la vie à pleines dents et qui n’en a visiblement rien à foutre de rien. Pour Loïc, c’est trop. Il n’accepte pas qu’un inconnu salisse le cœur de son fils.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Les sorties cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs