Accueil Société

Qu’adviendra-t-il des enfants apatrides des djihadistes belges?

La Belgique est confrontée au retour progressif de ses djihadistes. Mais aussi d’enfants nés en Syrie et en Irak et dont la filiation n’est pas toujours simple à établir.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 5 min

De ses petits-enfants, elle ne connaît que les prénoms, les dates de naissance… «  Aux dernières nouvelles, ils seraient en Irak. Où, ça ? Je n’en ai aucune idée…  » Véronique Loute est l’une de ces mères de djihadistes qui ont fait le choix de ne pas rester dans l’ombre. Et de témoigner. Après que son fils a rejoint l’État islamique en 2012, la Bruxelloise avait fondé L’ASBL Parents Concernés, un groupe de parole destiné à soutenir les proches des jeunes partis faire le djihad.

Aujourd’hui, Véronique sait que son fils ne reviendra plus. Soupçonné par le Pentagone d’avoir participé aux attentats de Paris, Sammy Djedou est mort à Raqqa en décembre dernier dans une opération menée par la coalition.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs