Accueil Société

A Dortmund, on a évité le carnage

L’enquête avance au lendemain de l’explosion de Dortmund. Le parquet considère les faits comme « une attaque à caractère terroriste ». l’analyse de Christophe Bourdoiseau, à Berlin

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Si la piste islamiste n’est pas encore confirmée, une chose est sûre : l’attentat aurait pu être un carnage. L’attaque de mardi soir était bien destinée à tuer des joueurs du club de football de Dortmund. « On peut dire qu’on a eu vraiment de la chance », a résumé mercredi Frauke Köhler, la porte-parole du parquet anti-terroriste à Karlsruhe.

Mardi soir, à 19h15, trois explosions ont endommagé le bus du Borussia Dortmund à la sortie de l’hôtel alors que les joueurs se rendaient au stade pour le quart de finale de Ligue des champions contre Monaco. La déflagration a été d’une telle puissance qu’elle a fait éclater la vitre blindée de la partie droite du bus.« Les explosifs étaient beaucoup plus puissants qu’on ne l’imaginait au départ », a confirmé le parquet fédéral. Les trois engins explosifs, cachés dans un buisson à la sortie de l’hôtel, étaient remplis de pointes de métal dont l’une d’elle a été retrouvée plantée dans un appuie-tête.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs