Accueil Belgique Politique

Elections en France: les affinités de nos partis

Quels points communs, quelles différences, quels rapports entre le paysage politique français, illustré par la campagne présidentielle, et le paysage belge ? Macron est le chouchou des partis belges.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 6 min

Hâtons-nous de comparer les paysages politiques français et belge, car dans quelques jours, à l’issue des folles présidentielles, la France ne sera plus la France… On veut dire que la France de Marine, d’Emmanuel, de Jean-Luc ou de François (les quatre grands favoris selon les sondages, dont il faut se méfier) ne sera plus celle de papa, de l’affrontement droite-gauche relativement ordonné, durable, voué à l’alternance un peu pépère.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Henry Jacques, vendredi 14 avril 2017, 16:59

    Le moins qu'on puisse dire est que vous n'avez pas fait dans la dentelle ce matin en titrant " Macron, chouchou des partis belges" ! Vous auriez pu avoir l'honnêteté de préciser " partis belges de droite et centre-droit puisque les partis de gauche sont contre.

  • Posté par Lilien Raymond, vendredi 14 avril 2017, 12:11

    Dire que Fillon est "pénélopisé", c'est laisser entendre que Pénélope est responsable. Remettons les choses en place : c'est Pénélope qui est "fillonisée" (ou fille-odyssée ?), et donc François/Ulysse file un mauvais coton. Dans les sondages, il fait tapisserie et au soir de la première (pardon, du premier tour), pour lui, ce sera rideau !

  • Posté par Tanghe Michel, vendredi 14 avril 2017, 10:34

    Tout cela est à la fois tristounet et interpelant. Comme la politique en général, d'ailleurs... Mais il ne faut pas le reprocher à nos politiciens, il y a longtemps que les banquiers gèrent !...

  • Posté par Le Carré Jean-yves, vendredi 14 avril 2017, 9:47

    Je plains les belges, Macron favori de la plupart des leaders politiques, je constate qu'ils n'ont pas compris grand-chose et qu'avec d'aussi grands esprits l'Europe est mal barrée !

  • Posté par Simonettu Alain, vendredi 14 avril 2017, 12:42

    L'information selon laquelle Macron est favorable au CETA a été publiée par Le MONDE le 13.02.2017. Le CDH doit être informé parce qu'il est aussi opposé au CETA. Selon Macron, tout en jugeant "pertinentes les questions posées par le Parlement wallon lors de son veto, en octobre 2016, il estime que le traité devrait être exclusivement ratifié au niveau européen et non devant les 27 parlements nationaux. "La politique communautaire commerciale, c'est la souveraineté de l'Europe", a-t-il notamment expliqué. Il y a quelques jours, on a fêté le soixantième anniversaire du Traité de Rome. c'était aussi la fin du rêve de l'Europe fédérale et sociale. En vain, Pierre Mendès- France avait proposé l'harmonisation sociale. Le ver était déjà dans le fruit.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs