Accueil Belgique Politique

Olivier Maroy: «Di Rupo a dit qu’il chasserait les parvenus, qu’il le fasse!» (vidéo)

Le député wallon dénonce le manque de réactivité du PS à l’égard d’André Gilles.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 1 min

On attend Elio Di Rupo ! Il y a dix ans, il disait ‘J’en ai marre des parvenus, je les chasserai moi-même !’ On attend toujours qu’il les chasse !  » a déploré Olivier Maroy (MR) ce midi sur le plateau de « C’est pas tous les jours dimanche », après la ré-audition ce vendredi d’André Gilles en commission d’enquête Publifin. Pour rappel, l’ex-président de Publifin et de Nethys a confirmé qu’il continuerait à siéger au conseil d’administration de Nethys.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Renette Michel-julien, lundi 17 avril 2017, 12:07

    On l'a laissé aller trop loin (Gilles): si cela chauffe un peu trop, il va se réfugier dans la partie non-publique (politique) sur laquelle personne hormis le CA qu'il a lui-même composé n'a de pouvoir. Donc, Di Rupo aura beau le mettre hors course au parti, il figurera toujours dans certaines branches et CA. Le danger, maintenant, pour ses anciens petits camarades, c'est qu'il commence à balancer à tout va, même des mensonges, car il en restera toujours quelque chose. Et, en cela, il pourrait être aidé par certains journalistes, avides de faits croustillants, qui ne vérifient pas l'origine de leurs sources et font publier n'importe quoi qui excite la populace et agite le landerneau.

  • Posté par Weytsman Armand, dimanche 16 avril 2017, 17:53

    Delete Di Rupo

  • Posté par CARION JEAN, dimanche 16 avril 2017, 12:57

    Di Rupo ne sait où est le bouton "Delete"

Aussi en Politique

Budget: la Vivaldi cherche 3,4 milliards d’euros

Les travaux budgétaires débutent ce vendredi. Les partenaires de la Vivaldi opèrent au départ sur la base d’une feuille de route, défendue par le Premier ministre, évaluant la correction de la trajectoire budgétaire à 3,4 milliards d’euros.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs