Accueil Belgique

Les Turcs de Belgique fêtent la victoire du «oui» au référendum

Si la fête était bien visible dans les rues de Bruxelles, d’autres, plus discrets s’inquiétaient pour l’avenir du pays.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au pôle Multimédias Temps de lecture: 3 min

Ce dimanche, à Schaerbeek et à Saint-Josse, impossible de passer à côté. Dans les cafés, les snacks et les restaurants, les télés ne parlent que de ça. On écoute la radio, on vérifie son smartphone. Et surtout, on arbore les couleurs nationales. Et pour cause, ce dimanche c’est jour de vote en Turquie, pour réformer la constitution.

Dans les rues, difficile de rater les supporters du « oui », qui se rangent derrière la campagne du président Erdogan. En début de journée pourtant, la chaussée de Haecht était plutôt calme. La présence policière avait été renforcée mais dans le milieu de l’après-midi, ils doivent bien reconnaître qu’il ne se passe pas grand-chose. « C’est plus calme qu’un dimanche normal », assure un homme en uniforme. « Les gens sont à l’intérieur ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Roger Meeus, lundi 17 avril 2017, 9:33

    Euh... le quartier turc au lieu de trurque

  • Posté par De Lathouwer Roger, lundi 17 avril 2017, 9:31

    Chaque forme de fascisme a ses particularités culturelles et historiques. Il n'empêche, nous assistons à des célébrations d'extrême droite à Bruxelles dans une communauté, celle des belgo-turcs qui ont plébiscité à 72% l'abolition de la démocratie parlementaire en Turquie (déjà malmenée depuis une dizaine d'années par un autocrate démagogue et oppresseur des kurdes de l'intérieur comme de l'extérieur puis des journalistes et des leaders de l'opposition) pour donner les pleins pouvoirs au dictateur Erdogan et son parti islamo-nationaliste AKP. Question: pour quels partis aux élections belges votent ces partisans d'une dictature nationaliste et religieuse, ce qui serait qualifié d'extrême droite dans le contexte historique européen? Répondre, c'est mettre le doigt sur ce qui s'appelle le clientélisme sans scrupule ou l'électoralisme cynique

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs