Accueil Opinions Cartes blanches

Non, François Fillon n’est pas libéral!

C’est un... libéral qui l’écrit : Gautier Calomne, député fédéral MR, dans une carte blanche au « Soir ».

Carte blanche - Temps de lecture: 3 min

A quelques jours du premier tour des élections présidentielles françaises, le projet du vainqueur des primaires de la droite et du centre fait consensus auprès de ses soutiens comme de ses plus farouches adversaires, lorsqu’il s’agit de qualifier son programme de libéral. Pourtant, l’ancienne figure du gaullisme social reconverti aujourd’hui dans le thatchérisme incarne tout sauf ce courant de pensée, qui ne peut être valablement réduit à certaines mesures économiques et fiscales. Non, François Fillon n’est pas un candidat libéral ! C’est un conservateur qui promeut, avec force et conviction, un projet basé sur un socle de valeurs héritées de la droite traditionnelle - voire traditionnaliste - française.

Certes, d’aucuns estimeront que des services publics plus performants, l’abolition du régime des 35 heures, la réduction des dépenses de l’Etat (100 milliards d’euros) et l’allègement massif des charges patronales constituent une thérapie de choc d’inspiration libérale, visant à remettre sur pied le pays. Il pourrait également être avancé que la réduction des impôts sur les ménages et des cotisations sociales des salariés devrait rendre davantage d’autonomie, de capacité d’entreprendre et, bien sûr, de salaire net aux citoyens. Toutefois, au delà de ces aspects, des pans entiers du programme du candidat des Républicains incarnent, quant à eux, tout sauf le libéralisme politique, culturel et sociétal.

Sur ces dimensions essentielles, être libéral, c’est défendre le droit de chacun de définir et d’assumer ses propres choix, sans pour autant entraver la liberté d’autrui. Or, que cela concerne l’opposition à l’euthanasie, la suppression de l’adoption pour les couples homosexuels (« Je veux que l’on inscrive dans la loi qu’un enfant est toujours le fruit d’un père et d’une mère »), ou encore l’interdiction de la procréation médicalement assistée pour les couples de femmes, le projet de François Fillon est truffé d’un conservatisme appuyé, qui impose ses choix aux autres. Tout le contraire du libéralisme.

Le conservatisme, c’est l’antilibéralisme

Le conservatisme et, en réalité, n’ayons pas peur des mots, l’antilibéralisme de François Fillon, transpirent à travers d’autres sujets. Ainsi, par exemple, même la politique européenne fait l’objet d’une rupture, puisque le candidat va jusqu’à la remise en cause du principe actuel des accords de libre échange, en ce compris les négociations du TTIP avec les Etats-Unis.

Non, François Fillon n’est pas le plus libéral de tous les candidats. Il n’incarne pas ce que l’ancien Ministre Alain Madelin qualifie très justement de« pensée politique cohérente, complète, philosophique, morale, sociale ». Pire, le champion des Républicains nourrit la caricature d’un libéralisme anti-social, sociétalement rétrograde et foncièrement fermé, alors que cette philosophie est résolument sociale, progressiste et ouverte.

On le voit, assimiler la droite au libéralisme, comme c’est trop souvent le cas, ne résiste pas à l’examen des propositions et des faits. Le libéralisme n’est pas qu’une simple doctrine économique, mais bien une philosophie complète. Dès lors, à l’échelle du spectre politique français, qui incarnerait davantage cette approche sérieuse du libéralisme ? La facilité consisterait à citer Emmanuel Macron mais, en réalité, par un jeu de comparaison, celui-ci incarne davantage l’articulation d’accents libéraux sociétaux avec un certain conservatisme économique. En définitive, un peu de rupture et beaucoup de continuité avec le « Hollandisme ».

Pour revenir à François Fillon, on ne peut donc contester sa sincérité lorsqu’il a affirmé vouloir « laisser dans l’histoire une trace aussi forte que celle de Madame Thatcher », une personnalité « qui a sauvé son pays ». Car au-delà de l’illusion d'un programme authentiquement libéral, sur le fond c’est effectivement le conservatisme (thatchérien ?) qui domine.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Plahiers Michèle, dimanche 23 avril 2017, 13:12

    Les écrivains et philosophes des Lumières, dont Voltaire, engagèrent des travaux sur le zoroastrisme, y voyant une forme de déisme éclairé, qu'il juge préférable aux dogmes du christianisme. Avec la transcription de l'Avesta par Abraham Anquetil-Duperron, l'étude du zoroastrisme put réellement débuter. Au xixe siècle, le philosophe allemand Friedrich Nietzsche utilisa, de façon parodique, le nom de Zoroastre dans son livre Ainsi parlait Zarathoustra. Nietzsche en fait un personnage dramatique et, critique envers ses œuvres et prétentions philosophiques, développe son idée de la mort de Dieu. Poète-prophète, Zarathoustra se retire dans la montagne et revient parmi les hommes pour leur parler : des vertus, du Surhomme, de l'éternel retour, des prédicateurs de la mort, des faibles et des forts, des nobles et des esclaves...

  • Posté par Plahiers Michèle, dimanche 23 avril 2017, 12:58

    wikipedia.org/wiki/Zoroastre

  • Posté par Plahiers Michèle, dimanche 23 avril 2017, 12:57

    Une femme dont la PMA a foiré a mis au monde QUATORZE enfants. Dépression, père envolé.

  • Posté par Plahiers Michèle, dimanche 23 avril 2017, 12:47

    Etant conçue le jour de la naissance de François Fillon, je connaîs bien sa personnalité. En fait nous sommes jumeaux. Alors petite nuance. Fillon est loin d'être un conservateur au sens où le sont les fonctionnaires englués dans la paperasserie (à l'image des socialiste dits libertaires, mais l'heure, l'heure,). Fillon est un vrai réac, mais tout à fait anti-conformiste. Plus proche de Zarathoustra (Zoroastre) que du Christianisme version FGTB.

  • Posté par Plahiers Michèle, dimanche 23 avril 2017, 12:46

    Etant conçue le jour de la naissance de François fillon, je connaît bien sa personnalité. En fait nous sommes jumeaux. Alors petite nuance. Fillon est loin d'être un conservateur au sens où le sont les fonctionnaires englués dans la paperasserie (à l'image des socialiste dits libertaires, masi l'heure, l'heure,). Fillon est un vrai réac, mais tout à fait anti-conformiste. Plus proche de Zarathoustra (Zoroastre) que du Christianisme version FGTB.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Cartes blanches

Carte blanche La santé au cœur de la reconstruction du commun

Le 12 août dernier, en adoptant son plan « climat et santé » le Congrès américain a non seulement marqué un tournant dans la politique des États-Unis, mais il a surtout montré la direction vers laquelle nos sociétés doivent s’engager. Enfin, nous prenons conscience que c’est la santé qui doit gouverner le monde.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une