Accueil Société

Kazakhgate: De Decker à l’Élysée, Koen Geens (CD&V) savait depuis 2015

Pourquoi la Sûreté a-t-elle mis cinq ans avant d’informer le Parquet des démarches curieuses d’Armand De Decker à l’Élysée ? L’ancien patron de la Sûreté, Alain Winants, s’en explique.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 4 min

Le 8 avril 2011, le service d’analyse de la Sûreté de l’État apprend par son alter ego de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI, française) qu’un certain Armand De Decker, sénateur MR qui se revendique d’une fonction qu’il n’occupe plus, est venu plaider auprès du coordinateur français du renseignement, au nom de la Sûreté de l’État mais sans disposer d’un mandat qui le justifie, pour une plus étroite collaboration entre les deux services au sujet d’un certain V., ressortissant belge qui se tient coi depuis des mois.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Petitjean Charles, jeudi 20 avril 2017, 16:47

    Je serais très étonné que toute cette histoire rocambolesque ne se termine pas par un grand voile impudique qui viendra cacher à la face du peuple les "intrigances", les conflits d'intérêts, les intérêts tout court touchant tantôt le fric, tantôt l'honneur" qui ont oeuvré dans l'ombre des ministères et des palais de justice. Les têtes qui risquent d'être incriminées dans ce vaste "win for live" jouent un rôle trop important (quoique les cimetières soient remplis de gens irremplaçables!) pour que l'intérêt supérieur de l'Etat ne commande l'enfouissement dans les sables de l'Histoire des turpitudes de ces forbans. "L'intérêt supérieur de l'Etat" ne sert-il pas bien souvent de cache-sexe aux compromissions, aux conventions boiteuses, aux influences douteuses et aux marchés iniques ? Il servira ici de décor sur mesure à l'impunité des puissants. Une fois de plus.

  • Posté par Mathieu Guy, jeudi 20 avril 2017, 7:47

    Le Bordel Belge comme d'habitude,que l'on arrête une fois pour toutes ces magouilles et foutre tous ces filous en tôle et leur faire rembourser ce qu'ils ont touché injustement,avec l'argent du peuple.

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs