Accueil

Présidentielle: la campagne s’achève dans l’invective

Alors que les Français sont appelés aux urnes dimanche, la campagne s’achève sur fond de polémiques. Le Premier ministre s’est insurgé contre les surenchères de la droite et du FN. Un scrutin sans sérénité.

Article réservé aux abonnés
Envoyée permanente à Paris Temps de lecture: 4 min

D’ordinaire, on appelle cela la «  trêve  ». Un délai de vingt-quatre heures donné aux électeurs pour qu’ils se forgent, dans leur calme intérieur, leur dernière conviction avant de se rendre dans l’isoloir. Pendant un jour, plus de meetings, plus de sondages, plus de débats, plus d’interviews. Mais alors que la campagne présidentielle devait s’achever ce vendredi à minuit, le moins que l’on puisse dire, c’est que la sérénité n’a pas présidé aux dernières heures de cette course folle entamée depuis l’été dernier, lorsque Nicolas Sarkozy s’était jeté dans la bataille avant d’être éliminé comme tant d’autres.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs