Accueil Culture

Santiago Calatrava: «Défendre la démocratie avec un bout de papier»

Prix d’architecture de l’Union européenne, artiste des gares de Mons, de Liège ou de Ground Zero, Santiago Calatrava est l’invité de Mons 2015 et du « Soir » ce mercredi au Centre de congrès MICX.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Culture Temps de lecture: 10 min

Sous le compas et la règle de Santiago Calatrava, l’architecture n’est pas seulement belle et fonctionnelle. Ses lignes courbes rendent la vie et communiquent l’espoir. L’artiste bâtit à Lyon, à Liège, à Mons ou à Manhattan des gares dont les navetteurs pourront être fiers dans les temps futurs.

A quarante-huit heures de sa grande conférence sur l’avenir des villes au Palais des congrès de Mons (MICX), il nous a reçu dans son atelier de Zurich pour refaire le monde avec un bout de papier et un crayon. Entre-temps, l’Union européenne lui a décerné son Prix d’architecture pour l’humanisme qui vibre au cœur de son œuvre.

L’époque des gares monumentales et du chemin de fer n’est-elle pas dépassée à l’heure du télétravail, de la délocalisation des entreprises dans des zonings spécialisés en périphérie urbaine ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs