Accueil Monde France

Le clivage gauche-droite est-il mort?

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Éric Agrikoliansky, professeur de sciences politiques à l’Université Paris-Dauphine et auteur de « Les partis politiques en France » (Armand Colin)

« Les électorats sont pluriels, divisés, fragmentés. Il n’y a pas un électoral “Emanuel Macron », pas plus qu’il n’y a un électorat “Marine Le Pen”. Il y a une cristallisation, à un moment, de votes pour des raisons qui peuvent être très différentes et dont il faut se garder de donner une interprétation totalement univoque. Après, tout le travail des partis est de donner du sens à tout cela, d’homogénéiser leur électorat. Et il est vrai qu’une entreprise politique comme le FN a réussi à imposer dans le débat public, et en particulier au moment des élections, des nouveaux clivages : autour de la mondialisation, de ce qu’ils nomment la “préférence nationale”, etc. Et de fait, cela parle à des catégories de plus en plus diverses d’électeurs. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs