Lettre des académiques de l’UCL à propos des étudiants internationaux

Les protestations des étudiants de l’UCL se poursuivent. Pierre-Yves Thienpont.
Les protestations des étudiants de l’UCL se poursuivent. Pierre-Yves Thienpont.

Professeurs et professeures de l’Université catholique de Louvain, nous sommes particulièrement attaché(e)s au développement d’un modèle d’université humaniste, durable, plurielle, multiculturelle, riche de ses différences. C’est donc tout naturellement que nous nous inquiétons de l’actualité récente, relative à la hausse des frais d’inscription pour les étudiant.e.s internationales.aux.

Depuis l’an passé, la possibilité a été offerte aux universités par le ministre Marcourt de déterminer les frais complémentaires à payer par les étudiant.e.s internationales.aux, jusqu’à un plafond de 12.525 euros. Suite à ce relèvement des plafonds, les recteurs d’université ont proposé et obtenu de pratiquement doubler les frais complémentaires que doivent payer les étudiants issus des pays en développement, soit 4.175 euros. D’autres mesures particulièrement problématiques restent présentes dans le système actuel, notamment le fait qu’un.e étudiant.e doive payer une nouvelle fois ces frais majorés à partir du moment où il ou elle n’aurait pas réussi la totalité des crédits liés à son programme annuel. Cette situation a conduit cette année des étudiant.e.s à devoir payer 4.175 euros de frais d’inscription, alors qu’il ne leur restait qu’entre un et trois cours à repasser.

Universitaires désireux.ses de voir notre établissement garder son ouverture à la diversité et continuer à s’inscrire dans un modèle d’accessibilité, nous nous associons aux inquiétudes exprimées par les étudiant.e.s. Nous nous opposons à la hausse des frais d’inscription, et demandons aux autorités académiques de rencontrer instamment les étudiant.e.s mobilisé·e·s pour trouver une sortie à la crise actuelle et, dans l’intervalle, de les traiter avec humanité. Nous leur demandons en outre d’agir dans les marges de leur autonomie institutionnelle pour garantir aux étudiant.e.s internationales.aux, particulièrement celles et ceux issu.e.s des pays en développement, un accès le plus large possible aux bancs de notre université.

*Signataires au 26 avril 2017 : An Ansoms, David Aubin, Françoise Bartiaux, Georges Bastin, Pierre Baudewyns, Mathieu Berger, Pierre Bertin, Paul Bertrand, David Bol, Jean Bricmont, Isabelle Cassiers, Jean-Michel Chaumont, Marie-Christine Closon, Cathy Debier, Jean De Munck, Florence Degavre, Philippe De Leener, Olivier De Schutter, Christophe De Vleeschouwer, Isabelle Donnay, Filip Dorssemont, Xavier Draye, Erica Durante, Vincent Engel, Geneviève Fabry, Bernard Feltz, Isabelle Ferreras, Laurent Francis, Roberto Franzini Tibaldeo, Nathalie Frogneux, Michel Gevers, Françoise Gofflot, Alexandre Guay, Thierry Hance, Ginette Herman, Mark Hunyadi, Laurent Jacques, Marie-Paule Kestemont, Bernard Knoops, Philippe Lefèvre, André Lejeune, Andreia Lemaître, Silvia Lucchini, Jacinthe Mazzocchetti, Laura Merla, Michel Molitor (émérite), Silvia Mostaccio, Hervé Pourtois, Julie Ringelheim, Hubert Roland, Jean Stillemans, Alain Strowel, Edoardo Traversa, Pierre-Paul Van Gehuchten, Jean-Pascal van Ypersele, Philippe Verhaegen, Marie Verhoeven, Pascale Vielle, Enrico Vitale, Isabel Yépez, Vincent Yzerbyt, Marc Zune, professeurs à l’Université catholique de Louvain.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour Kristalina Georgieva, directrice générale du FMI, le coronavirus met «
en péril
» la reprise de l’économie mondiale.

    Coronavirus: l’inquiétude gagne les places boursières

  2. belgaimage-160176691-full

    Bouchez sur la taxe congestion: «Le PS est coincé entre Ecolo et la soi-disant défense des classes populaires»

  3. «
L’objectif de ce qu’on fait, c’est de faire les choses différemment et mieux
», se défend Boris Johnson.

    Brexit: Boris Johnson ressort la menace d’une sortie sans accord

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite