Accueil Monde

L’UE tentée de refermer sa porte à la Turquie d’Erdogan

Faut-il officiellement rompre les négociations d’adhésion de la Turquie à l’UE ? Le débat est lancé.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 4 min

Stop ou encore ? Quelle conséquence l’UE devrait-elle tirer de la dérive autocratique du président turc Erdogan, entérinée par le référendum contesté du 16 avril ? La question agite les Européens, poussivement engagés depuis 2005 dans des négociations en vue d’une adhésion promise à la Turquie, jugée en décembre 2004 suffisamment démocratique pour se voir conférer le statut de pays candidat à entrer dans l’Union. Mais aujourd’hui ?

Le commissaire européen en charge de ces négociations, l’Autrichien chrétien-démocrate (PPE) Johannes Hahn, a lancé un pavé dans la mare, en début de semaine, en suggérant aux capitales européennes d’envisager une relation avec la Turquie autre que l’adhésion. Cette position n’est pas celle de la Commission, a déjà précisé le porte-parole de l’institution, rappelant que le président Juncker n’avait pas tranché.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs