Accueil Culture Musiques

Le retour révolutionnaire et salvateur de Gorillaz

« Humanz » est un album-fleuve conçu par Damon Albarn et Jamie Hewlett. Entre réel et fiction, Gorillaz livre un disque politique destiné à danser intelligemment.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 4 min

Pour beaucoup, Gorillaz est le groupe le plus génial de ces quinze dernières années. D’où l’excitation générale quand le commandant Damon Albarn, qui s’en était retourné à ses premières amours de Blur, annonçait en 2014 qu’un nouvel album de Gorillaz était envisageable. Cela fait six ans aujourd’hui, depuis The Fall en 2011, qu’on attend une suite au groupe formé en 1997 par Damon Albarn et le dessinateur Jamie Hewlett.

La confirmation est venue le 19 janvier de cette année, la veille de l’investiture de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis. Le titre, « Hallelujah Money », chanté par Benjamin Clementine, est ouvertement anti-Trump. Ce qui n’est pas étonnant, non seulement parce que l’album a été réalisé durant la campagne électorale américaine, en Jamaïque, comme aux Etats-Unis et en Angleterre, mais parce que cela fait partie de l’ADN de Gorillaz.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs