Accueil Belgique Politique

Arabie saoudite et droits des femmes: le gouvernement a disposé de 9h avant de voter

Ecolo-Groen met directement en cause le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Neuf heures au moins se sont écoulées entre le moment où le cabinet du ministre des Affaires étrangères a été informé de la demande d’un vote à la commission des Nations unies pour les droits des femmes et le moment où celui-ci a répondu, ont affirmé vendredi les écologistes sur la foi de courriels internes.

Selon les Ecolo-Groen, la délégation belge aux Nations unies, à New York, a informé le cabinet de Didier Reynders le 19 avril à 0h33 de la demande de vote des États-Unis à propos de l’entrée de l’Arabie saoudite dans ladite commission. La réponse a été envoyée à 15h34. L’incertitude demeure sur la façon dont il faut prendre en compte le décalage horaire mais, à tout le moins, neuf heures se sont donc écoulées.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Rasquin Michel, samedi 29 avril 2017, 7:24

    Réaction sur Classic 21 hier: "avancée historique des femmes en Arabie : elles sont désormais autorisés à faire la vaisselle, et en plus à l'eau chaude !" Pitoyable notre"diplomatie !!!"

  • Posté par Petitjean Marie-rose, vendredi 28 avril 2017, 16:10

    Si M. Reynders n'était pas au courant, c'est qu'il ne demande pas à ce qu'on l'informe ou qu'on lui demande son avis sur des sujets qu'il ne juge pas importants, comme les droits des femmes.

  • Posté par Vandercammen Adrienne, vendredi 28 avril 2017, 14:41

    Moyennant un débat au parlement, nos politiques voudraient enterrer l'affaire. Or, nous sommes ici dans un nième dérapage au nom d'un réalisme économique qui ne dit pas son nom. Mais, si je ne me trompe pas, n'est pas le roi Baudouin qui a introduit l'Arabie Saoudite dans la gestion de la Grande Mosquée ? De quoi revendiquer une responsabilité politique réelle et, en cas d'erreur, une nécessité d'assumer cette responsabilité.

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs