Accueil Économie

Les robots, rois du back office chez AXA Banque

La banque a déjà « robotisé » dix-sept procédés dits « administratifs ». Il faut 11 minutes au programme Blue Prism pour traiter une demande de refinancement d’un prêt immobilier, contre 28 en moyenne pour un banquier en chair et en os.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 3 min

Si vous êtes client chez AXA Banque et que vous avez, il y a peu, refinancé votre crédit immobilier, sachez que c’est probablement un robot qui s’est occupé de votre dossier… Presque de A à Z. Depuis 2016, une centaine d’employés de l’institution (sur 800 au total) sont appuyés dans le traitement administratif de plusieurs types de demandes clients – un refinancement, par exemple mais aussi la modification du plafond d’une carte de crédit ou encore l’accueil d’un nouveau client – par une intelligence artificielle.

Pas de « pertes humaines »

Pas question ici de robot humanoïde, le programme « Blue Prism » est un « software » intelligent, totalement dématérialisé, capable, après une programmation simple (six semaines de développement sont nécessaires environ par tâche) d’effectuer certaines procédures bancaires.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Vermeulen Gregory, mercredi 3 mai 2017, 8:07

    Et dès qu 'ils auront été testés..... bye bye tous les employés à la comptabilité, aux ressources humaines, dans les agences, et les gestionnaires crédit.....

Aussi en Économie

Le streaming musical cartonne, les artistes déchantent

Le gâteau de la musique en ligne est trop petit pour les artistes, dénonce une étude européenne. En cause, notamment, le prix, trop bas, des abonnements à Spotify et autres AppleMusic. Mais aussi, un manque de transparence des algorithmes. Les Belges sont relégués à la niche.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs