Accueil Belgique Politique

Le supplice chinois de Van Cau l’ancien

Jean-Claude Van Cauwenberghe briguait un nouveau mandat à la présidence de l’ASBL de financement de l’USC carolo. Il n’est reconduit que comme administrateur. Une élection perdue en plus.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 2 min

Plic, ploc, plic, ploc… Jeudi dernier, la veille de ses 73 ans, Jean-Claude Van Cauwenberghe s’est à nouveau présenté à une élection interne au Parti socialiste. Et une fois de plus, il l’a perdue. Cet échec témoigne de cette lente mise à l’écart de l’ex-homme fort de Charleroi, pourtant passé entre les gouttes judiciaires des « affaires » politico-financières.

Le vote portait cette fois sur la présidence de la Gefusc, l’ASBL de Gestion financière de l’Union socialiste communale carolo. Van Cau, président sortant, briguait un nouveau mandat. Il s’est incliné avec 11 voix pour 14 à son successeur, Marc Parmentier, éphémère échevin du Logement emporté par la vague des inculpations tombées voici dix ans, et rangé désormais derrière Paul Magnette.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs