Accueil Belgique

Bart De Wever présente sa Belgique du futur dans un nouveau livre

Le président de la N-VA veut obtenir le confédéralisme en deux étapes.

Article réservé aux abonnés

Invalid Scald ID.

Temps de lecture: 2 min

Bart De Wever, a élaboré une stratégie en deux étapes pour arriver au confédéralisme qu’il souhaite, mais cette révélation lui a valu mardi des critiques de la part du Vlaams Belang et d’un député fédéral ayant démissionné du parti nationaliste flamand, Hendrik Vuye.

D’abord une politique socio-économique

Dans un premier temps, il veut utiliser le pouvoir prépondérant de la Flandre à l’échelon fédéral pour mener une politique socio-économique qui poussera les partis francophones à demander une réforme de l’Etat. Il espère obtenir de la sorte la majorité spéciale (deux tiers plus la majorité dans chaque groupe linguistique) qui lui permettra de mettre en place un système confédéral.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Genevieve Thisse - Halleux, jeudi 4 mai 2017, 11:16

    Erratum : je voulais écrire "une stratégie qui leur soit propre ET pensée" au lieu de "EN pensée". Désolé. JT

  • Posté par Genevieve Thisse - Halleux, jeudi 4 mai 2017, 11:11

    La stratégie de De Wever est intelligente mais prévisible. La croissance de l'influence du PTB en Wallonie lui donne des arguments de poids auprès d'un électorat appartenant à une droite dure et pour qui la Belgique ne compte pas. Quand les Francophones vont-ils comprendre qu'ils doivent eux aussi définir une stratégie qui leur soit propre en pensée en dehors du contexte belge. Il faut aussi que les politiques bruxellois resserrent les rangs face au danger de la stratégie du Mouvement flamand. Ce que l'on nous propose n'est rien moins qu'un système d'apartheid aménagé pour accueillir le plus grand nombre de citoyens de première classe. Jacques Thisse .

  • Posté par Dussart-Desart Philippe, jeudi 4 mai 2017, 9:33

    Cette "confédération" belge est encore plus complexe qu'aujourd'hui. Sans arbitre ni cohésion, cette utopie, si elle se réalise sera faible et cahotique. Le mot confédération est mal choisi. Aux US, on est fier d'être américain, il y a union entre les Etats et le fédéral a son mot à dire et souvent le dernier mot. Le parti de Bart de Kever (il n'y a pas de faute d'orthographe) travaille de manière systématique à un travail de destruction. Drole de "rêve". Un choix égoiste à courte vue du chacun pour soi. Incompatible avec le monde moderne dans lequel nous vivons. Ecouter, proposer, établir des compromis construire, travailler pour la liberté, l'égalité de TOUS les citoyens belges serait un début de programme. Mais Monsieur BDK préfère ses noirs desseins et diviser pour régner. Puis ce sera le tour à la Flandre: BDK enterrera le s.pa, puis ce sera au tour des libéraux du VLD, etc. La grande lessive qui prétend laver plus blanc l'arc-en-ciel, .... et de régner sur des citoyens d'abord tétanisés, puis gentiment lobotomisés, ......

  • Posté par Van Steen Willy, mercredi 3 mai 2017, 19:02

    D'abord, le choix des bruxellois ne le concerne pas, il n'a pas à y interférer! Ensuite, quel choix laisse-t'il au million de flamands qui habitent le sud de notre pays? Aucun! Il est devenu ce que een echte vlaming appelle un "verrader" vis à vis de gens qui sont tout aussi flamands que lui, mais pour lequel il affiche un mépris tel que ça en devient écoeurant!

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs