Accueil L’archive

Il y a dix ans dans Le Soir : «Au Darfour, odeur de mort, de sang et de Somalie»

Les gens du darfour se battent entre eux, désormais. Alors que le conflit commence à mobiliser la diplomatie. Enfin.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 5 min

(article paru le 4 mai 2017)

Mais tout va mieux dans le Darfour, il y a moins d'incidents qu'en 2003 ou 2004... En réalité, nos adversaires gonflent le problème, les humanitaires le compliquent et les médias donnent des faits une mauvaise interprétation . »

Pour le « walis » (gouverneur) d'El Fasher, capitale du Nord-Darfour, au Soudan, qui a reçu Karel de Gucht, ministre belge des Affaires étrangères, entouré de tous les notables de la ville, «la situation s'améliore ».

Tellement que la délégation belge, pour raisons de sécurité, n'a pas reçu l'autorisation de se rendre dans les camps de déplacés qui déroulent à l'entrée de la ville leurs alignements de tentes et de huttes de branchages...

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en L’archive

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs