Accueil

Elisabeth Badinter: «Marine Le Pen a montré qu’elle était la fille de son père»

Pour l’intellectuelle Elisabeth Badinter, le débat présidentiel a permis de montrer le vrai visage de l’extrême droite française. Elle vote Macron mais sans conviction et questionne sa capacité à ressouder un pays divisé.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Philosophe et féministe, Elisabeth Badinter est connue pour son parler vrai.. Cette infatigable avocate de la laïcité est une observatrice attentive de la vie politique française. Si elle incarne cette gauche morale si souvent décriée, Elisabeth Badinter (73 ans) est aussi une manière de mauvaise conscience de la gauche car elle n’a cessé d’en dénoncer les travers. Son regard sur la dernière ligne droite de la présidentielle.

Comment avez-vous vécu ce débat présidentiel?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Plahiers Michèle, vendredi 5 mai 2017, 18:22

    Macron est le type même du fétiche auquel se raccroche une France dépressive et en perte de valeur. Un produit Marketing qui comme tous les gadgets finira par lasser. Il brille, mais l'intérieur est vide, mort: un homme de chiffre, sans âme; Un fétiche ne peut rien contre la montée de l'extrême-doite. Juste une illusion.

  • Posté par Plahiers Michèle, vendredi 5 mai 2017, 18:12

    Le libéralisme conduit-il à l'extrême-droite?.Pas tant que l'éthique le gouverne. Ce qui aujourd'hui n'est plus le cas. L'éthique Macron s'en fout comme de sa dernière chemise. Il l'a clairement dit: ma philosophie, c'est le pragmatisme. Les allemands en quarante ont fait preuve d'un grand pragmatisme...... Le discours d'Hitler était avant tout pragmatique: ceux qui freinent la bonne marche de l'Allemagne, ce sont les juifs, les handicapés,..... Avec Macron, on l'a compris: ce sont en premier lieu, les pauvres. Pragmatiques vous dis-je....

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs