Accueil Monde

La globalisation, entre aisance et rejet

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

L’approche qu’ont respectivement Marine Le Pen et Emmanuel Macron de la mondialisation a-t-elle fait le tri parmi leurs électeurs ? D’une part, ceux qui la rejettent et/ou en sont victimes auraient voté pour la candidate du Front national. D’autre part, ceux qui l’approuvent et/ou en tirent profit auraient donné leur faveur au porte-drapeau du mouvement En Marche. Deux visions de la France, mais aussi du monde, s’opposeraient ainsi. Vrai ou faux ? La vérité est plus nuancée.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Guerre en Ukraine: la chasse à de nouvelles sanctions européennes contre la Russie est ouverte

La présidente de la Commission européenne a déjà éventé quelques pistes. Les jours à venir diront si l’unanimité des Vingt-Sept pourra être rassemblée autour de ce programme. La Russie, violemment critiquée à l’ONU après les annonces de mercredi, s’est défendue jeudi lors d’une réunion du Conseil de sécurité. Mais n’a convaincu personne.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs