Accueil Monde France

Le choix entre deux France, sans oublier la troisième

Dimanche, 47 millions de Français choisiront entre deux destins radicalement différents. Mais au-delà du nouveau clivage qu’ils devront arbitrer, il ne faudra pas oublier la « troisième » France. Celle qui n’aura pas plébiscité le vainqueur.

Article réservé aux abonnés
Envoyée permanente à Paris Temps de lecture: 4 min

C’est un choix de civilisation. Un choix de vie. Un choix d’avenir. Un choix déterminant pour la France autant que pour l’Europe. Un choix entre deux et deux seules options. La France de Marine Le Pen ou celle d’Emmanuel Macron.

A l’exception de ceux qui voteront blanc, nul, ou s’abstiendront, les 47 millions de Français appelés aux urnes pour le second tour de la présidentielle dimanche n’auront qu’une seule alternative : préférer l’un ou écarter l’autre.

Au terme d’une folle campagne véritablement entamée depuis l’entrée en piste de Nicolas Sarkozy à la fin de l’été dernier, le pays, essoré par des mois d’une bataille échevelée, n’a plus devant lui que deux options.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Lavenne Eric, samedi 6 mai 2017, 16:03

    Quant à la troisième FRANCE ; elle sur(vivra) avec le "Monsieur" c'est couru d'avance; et depuis belle lurette. Mais N'OMETTEZ pas, quand même de relire votre HISTOIRE (pas si ancienne que cela) ,chers amis français. Ni l'histoire de l'Europe également !!! En effet; quelques années :"ce n'est pas long"

  • Posté par Lavenne Eric, samedi 6 mai 2017, 15:51

    Et seuls des thérapeutes AVERTIS et HUMAINS sont REELLEMENT APTES à aider ce type d" éventuels patients. En outre de pseudo " grands pontes" émettant divers de ces diagnostics en l'absence de patient ne sont que lâches, INDIGNES de leurs fonctions. Qu'ils démissionnent donc au plus vite et se transforment rapidement en n'importe quoi. Excepté en experts quelconque , à moins de se croire "maître" es stupide mensonger ou pervers patenté.

  • Posté par Lavenne Eric, samedi 6 mai 2017, 15:36

    On(zut encore ,ce " pronom") commence à y aller fort ,avec certains diagnostics médicaux( surtout en l'absence de binôme :"thérapeute "vs "présumé malade" ) Bientôt ,il sera de manière "courante" d'affubler qui que ce soit ; même contre son gré ou via la menace(pourquoi pas) d'une pathologie quelconque, de préférence psychiatrique. Pour rappel, si le monde est rempli de fous; il faut en premier s'enfermer dans sa chambre et briser son miroir.

  • Posté par Plahiers Michèle, samedi 6 mai 2017, 13:28

    "qui met en lumière"

  • Posté par Plahiers Michèle, samedi 6 mai 2017, 13:24

    Merci pour cet exercice de clarification mets en lumière la psychose de l'un et l'autre choix. D'un côté les schizophrènes mondialistes et fusionnels, incestueux (Macron) indifférenciés et de l'autre, comme en miroir, les paranoïaques qui projettent leur désarroi interne sur l'étranger (la peur de la pénétration homosexuelle). La bonne orientation est clairement intermédiaire: Ensembles, mais séparés. Fillon y était presqu'arrivé, sauf que le thachéro-reaganisme a ouvert la voie à l'ultra-libéralisme mondialiste (contradiction).

Plus de commentaires

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs