Accueil Monde

A Erez, Israël et Hamas partagent une même paranoïa

Le poste-frontière d’Erez, entre Israël et la bande de Gaza, sépare deux mondes. Un espace de deux kilomètres de long, où la méfiance la plus extrême s’observe des deux côtés. Expérience vécue.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

Erez. La frontière entre Israël et la bande de Gaza. Côté israélien, un immense hangar, béton armé, grilles épaisses et vitres blindées. Le passage vers Gaza est aisé pour un journaliste étranger. Un journaliste israélien n’a pas le droit d’aller en territoire ennemi. Les collègues palestiniens, n’en parlons pas. Le fait est peu connu : les journalistes étrangers figurent parmi les rares privilégiés car le passage vers Gaza est devenu impossible pour la plupart des catégories de gens. Nombre de responsables politiques européens ou autres ont même été refoulés ces dernières années. Les journalistes, non, donc.

Le passage est même rapide, dans le sens Israël-Gaza. Quelques minutes. Il faut juste montrer patte blanche. Le sésame c’est la carte de presse temporaire délivrée par les bureaux du Premier ministre israélien à Jérusalem. La carte est fournie moyennant la production d’une attestation de travail du patron du média, d’une copie du passeport et de 30 shekels (7,5 euros).

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs