Accueil Monde France

Quand le commissaire européen Katainen recadre (déjà) le président Macron

Le futur président français propose un « Buy European Act » : les marchés publics européens ne seraient accessibles qu’à des entreprises qui « localisent au moins la moitié de leur production en Europe ».

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 2 min

C’était l’un des contre-feux allumé par Emmanuel Macron face au discours anti-mondialiste de sa concurrence, Marine Le Pen. Le futur président propose un « Buy European Act » : les marchés publics européens ne seraient accessibles qu’à des entreprises qui « localisent au moins la moitié de leur production en Europe ». On pourrait juger cette proposition susceptible de participer à une « maîtrise de la mondialisation ». Mais elle est déjà retoquée par Jyrki Katainen, qui se félicite toutefois de la victoire de celui qui ne voulait pas « bâtir des murs » autour de la France et s’est présenté durant la campagne comme un «  partisan actif d’une maîtrise de la globalisation ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Deckers Bjorn, mercredi 10 mai 2017, 21:32

    C'est bien cette Europe là qui devient insupportable. Comment peut-on encore lire ce type d'inepties!!! Je les revois aussi le lendemain des législatives des Pays-Bas se réjouir bêtement que le lait ne soit pas renversé. Qu'il nous soit permis de rappeler à ces messieurs dames de la Commission européenne et derrière eux, à ceux qui se cachent, les membres du Conseil européen (nos chefs d'Etat et de gouvernement) que nous ne sauverons pas perpétuellement le brol pour qu'ils puissent continuer la fête au CAC40 en se moquant de la gueule du monde. M'est avis que Français, si ça avait été Mélenchon, je me serais ferait un plaisir de leur mette dans le pattes, à ces arrogants hypocrites!!!

  • Posté par Lespagnard Frans, mercredi 10 mai 2017, 20:05

    Qn ne peut pas dire que les décisions d'ouverture profitent à l'économie finlandaise depuis la liquidation nationale de Nokia, machine lourde des activités de production dans le pays d'origine de notre commissaire européenne...Depuis la dégringolde de l'Espagne et surtout de la Grèce, c'est la situation de la Finlande qui intrigue. Une économie sinon en crise ouverte, du moins en perdition complète depuis 4 ou 5 ans avec une perte cumulée de richesse, hormis les pays précités, qui n'a pas d'équivalent en Européen. De quoi mettre en doute les orientations surréaliste du responsable finlandaise !

  • Posté par Didier Marc, mercredi 10 mai 2017, 15:48

    Alors là, quelle analyse de la commission !!! il n'est pas sur qu'il y AURA des perdants? mais mon petit monsieur commissaire, il y a des perdants depuis 1992 !!! tous les jours !!! évidemment, dans votre monde, vous ne parlez qu'avec des multinationales ou des PDG de celles-ci. là, pas vraiment de perdant. descendez de votre idéologie nauséabonde. on vous parle de citoyens, de gens, faits de chairs et d'os...

  • Posté par Vigneron Gérard, mercredi 10 mai 2017, 15:28

    Il ne voit pas que l' Europe de l' ouest ne veut plus de cette politique. Souhaite-t-il que les partis extrêmes tels que le FN prennent définitivement le pouvoirs ds les pays "historiques" de l' UE

  • Posté par Lavenne Eric, mercredi 10 mai 2017, 14:37

    "Baffes" distribuées : UE 2 / Macron 0

Plus de commentaires

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs