Accueil Monde France

La gauche française veut se réinventer sans se suicider

Benoît Hamon refuse que la gauche soit condamnée à exister entre Macron et Mélenchon. « On assiste au délitement du Parti socialiste », analyse le politologue Laurent Bouvet.

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe au service Monde Temps de lecture: 4 min

Dépasser les étiquettes politiques  ». Le nouveau laïus de Benoît Hamon rappelle indéniablement celui d’un autre, aujourd’hui devenu président. Le socialiste l’a confirmé ce mercredi matin : pas question d’attendre les bras croisés le prochain congrès du PS. Capitalisant sur sa campagne, celui qui n’a récolté que 6,36 % des voix au premier tour de l’élection a annoncé la création, le 1er juillet prochain en région parisienne, d’un «  mouvement pour reconstruire une gauche inventive  ». Qui irait de Macron à Mélenchon ? Guillaume Balas, proche de l’ex-candidat socialiste à la présidentielle nuance : «  La gauche n’est pas condamnée à exister entre Macron et Mélenchon, entre une gauche qui n’est plus à gauche et une gauche radicale. On veut commencer la lente reconstruction de la gauche française.  »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs