Accueil Culture Cinéma

1951: sur fond de guerre froide

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

(3 au 20 avril)

36 longs-métrages, 50 courts… 29 styles de cinémas différents. Miracle à Milan, de Vittorio De Sica, et Mademoiselle Julie, de Alf Sjoeberg, remportent ex aequo le Grand Prix. Et le Festival de Cannes est plus que jamais perméable à la situation du monde et doit faire ses preuves sur fond de guerre froide. Le journaliste du Soir en donne un exemple avec le film russe.

Denis Marion écrit dans le Soir du 8 avril :

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs