Accueil Économie Mobilité

Les grèves de 2016 ont mis les usagers du rail en rogne

Le nombre de demandes de remboursement pour des retards de longue durée introduites auprès de la SNCB a plus que triplé l’an dernier

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 3 min

Poireauter plus d’une heure sur le quai d’une gare en attendant son train n’a rien d’une partie de plaisir. L’exercice a été jugé suffisamment frustrant par près de 200.000 usagers de la SNCB l’an dernier pour que ceux-ci déposent une demande de compensation auprès de l’entreprise ferroviaire. C’est ce qui ressort des chiffres communiqués par le ministre fédéral de la Mobilité, François Bellot (MR), qui répondait à une question écrite de la députée flamande Sabien Lahaye-Battheu. Pour être exact, la SNCB a reçu l’an dernier 194.104 demandes de compensation pour des retards de trains d’au minimum une heure. Soit plus du triple du nombre de demandes enregistrées en 2015 (qui était de plus de 55.000) et en 2014 (plus de 66.000).

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Mobilité

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs