Accueil

Service minimum sur le rail: un projet «impraticable et antisocial», selon les syndicats

Pour les syndicats, le ministre Bellot est sur la mauvaise voie.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Le syndicat chrétien se pose plusieurs questions sur la proposition d’instaurer un service minimum à la SNCB. « Nous trouvons étrange que la concertation se termine quatre jours à l’avance », souligne Luc Piens de l’ACV (CSC). Le syndicat socialiste CGSP Cheminots rejette aussi cette proposition et estime que le ministre est sur la mauvaise voie.

Une mauvaise concertation sociale

« Je n’ai pas encore vu les textes. Mais sur base de ce que j’ai entendu dans les médias, cela signifierait que la concertation sociale serait terminée quatre jours à l’avance », a réagi Luc Piens de l’ACV Transcom (CSC Transcom). Selon lui, il ne serait dès lors plus possible d’arriver à un compromis deux jours avant une grève annoncée. « Par ailleurs, le personnel ne pourrait plus changer d’avis durant les quatre derniers jours ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs