Accueil Culture Musiques

Damso: «Je ne suis pas scandaleux»

Le nouveau patron du hip-hop hexagonal est bruxellois. Qualifié de « sale », son rap ne laisse pas indifférent. Mais Damso n’est pas là pour plaire à tout le monde. Entretien sans langue de bois.

Article réservé aux abonnés
Journaliste aux services Culture et Médias Temps de lecture: 6 min

Il a le phrasé calme, la voix presque douce. Lui, Damso, le molosse bruxellois, le roi du « sale », le rappeur le plus imposant du moment. Celui qui choque le plus aussi, avec son verbe tel un uppercut, direct, cru, violent, scandaleux même. Pourtant, à l’heure du deuxième album, Ipséité(déjà disque d’or en France après une semaine), le ton a déjà changé. Plus mature, plus mesuré, plus intimiste. Mais toujours aussi sombre. Rencontre avec le nouveau patron du rap game francophone qui se raconte sans langue de bois – car ce n’est pas le genre de la maison.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs