Accueil Culture Musiques

Concours Reine Elisabeth demi-finales (lundi soir): Haydn et l’imposé sont à la fête

Dans une soirée tout en contraste, la Coréenne Jeong Hyoun Lee a su faire vivre l’imposé et allier dans le reste de son programme malice, expressivité et souplesse.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Peu gâté cet après-midi, Haydn est plutôt à la fête ce soir. Jonas Palm (Allemagne) aborde le 1er concerto dans un esprit résolument classique : équilibre racé des rapports avec l’orchestre du moderato, émotion retenue d’un adagio menant à une cantilène, volubilité agile du finale. Il joue en sus sa propre cadence, moderne mais réfléchie dans la ligne de sa conception de l’œuvre.

James Jeonghwan Kim (Corée) est par contre le premier à nous raconter une histoire dans ce premier concerto, avec une variété de phrasés qui bouleverse l’agencement un peu figé du moderato. Le temps de jouer, lui aussi, sa propre cadence qui jongle avec l’effet rythmique propre au mouvement et nous voici ancrés dans un adagio aussi intime qu’intense avant qu’un finale bondissant ne clôture avec panache le voyage.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs