Accueil Société

Quand jeunesses dorée et métissée causent diversité

L’Université Libre de Bruxelles, en collaboration avec le Conseil Jeunesse et Développement, a lancé des animations dans les classes bruxelloises et les maisons de jeunes visant à déconstruire les stéréotypes sur la migration. A ce jour, 700 élèves ont débattu. Reportage lors de la première séance « mixte ».

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 6 min

Q uand on a vu ce parc et ce petit château en arrivant, on a été choqués un peu, quand même… Puis on s’est dit qu’en fait, ils sont comme nous ! » Quand les élèves de l’Athénée Léon Lepage, établissement du centre de Bruxelles, à la population majoritairement belge « issue de l’immigration » – comme il convient de dire – découvrent le cadre du lycée Emile Jacqmain, situé dans le parc Léopold, en plein cœur du quartier européen, ils savent qu’ils pénètrent dans un autre monde. Pourtant, lorsque l’animateur de la rencontre leur demande les préjugés qu’ils entretenaient sur l’autre école, la pudeur les retient un instant. Non, non, rien à signaler, vraiment. Jusqu’à cette petite phrase, en apparence anodine. Les étudiants de Jacqmain n’avaient, eux, aucun cliché sur leurs coreligionnaires du centre. Non, non, rien à signaler. Et pour cause, ils n’avaient jamais entendu parler de cet établissement. Vraiment.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs